Source des données

Imprimer cette page

 

Pour chaque source de données, il est précisé le mode de recueil, la fréquence et les limites statistiques, c'est à dire, les précautions d'interprétation. Si vous souhaitez plus d'informations, nous contacter.

 

INDICATEURS FINANCIERS

Les données présentées ici sont issues de la centrale des bilans de l'IEOM. La centrale des bilans est un fichier recensant les comptes des entreprises voulant accéder au refinancement. Ces comptes sont collectés à des fins d'information pour les banques. Les entreprises concernées sont les entreprises ayant choisi d'être cotées à l'IEOM. Les entreprises se faisant coter à l'IEOM ne sont pas forcément les mêmes d'une année sur l'autre. Les comptes qui ont été collectés ont été déposés à l'IEOM de 2000 à 2011. La collecte est faite sur le flux des dépots de comptes. Les entreprises déposent leurs bilans à l’IEOM, qui les rentre dans la centrale des bilans. Les données sont lissées par période glissante de 5 ans (2000-2004, 2001-2005 etc...). Ce lissage est fait pour limiter les variations brusques d’une année sur l’autre causées par la présence ou l’absence de telle ou telle entreprise d’une année sur l’autre.

Les données sont présentées au niveau 3 de la nomenclature des activités françaises (NAF)

Niveau Intitulé Niveau de précision Exemple Intitulé exemple
5 Sous-classe Le plus détaillé = code NAF 7320Z Etudes de marchés et sondages
4 Classe Moins détaillé que le code NAF 7320 Etudes de marchés et sondages
3 Groupe Moins détaillé que la classe 732 Etudes de marché et sondages
2 Division Moins détaillé que le groupe 73 Publicités et études de marché
1 Section Niveau le plus global M Activités spécialisées scientifiques et techniques

Pour chaque activité, il faut un minimum de 4 entreprises présentes pour pouvoir éditer l’information. Dans le cas contraire, les données sont agglomérées avec des secteurs « proches » d’un point de vue économique, afin de pouvoir éditer l’information. Voici un exemple de regroupement possible si ces deux codes NAF contiennent moins de 4 entreprises :

Code NAF Intitulé Nombre d'entreprises Nombre d'entreprises dans le regroupement
7320Z Etudes de marchés et sondages 3 4
7312Z Régie publicitaire de médias 1

Les calculs présentés correspondent aux normes en vigueur pour ces types d’indicateurs. Lors de l’agrégation des données au niveau du groupe, nous pondérons les calculs en fonction de l’indicateur considéré.

Exemples :

Indicateur Pondération
Délai de rotation des stocks en jours de chiffre d'affaires Pondération par le chiffre d'affaires de chaque code NAF du groupe
Prélèvements fiscaux (en % de la valeur ajoutée) Pondération par la valeur ajoutée de chaque code NAF du groupe

Les entreprises se faisant coter dans un secteur ne sont pas forcément représentatives de ce secteur. De plus, il convient de garder à l’esprit que ces données ne constituent pas un panel d’entreprises. Les variations des indicateurs d’une période à l’autre ne sauraient donc être interprétées comme des changements de l’environnement économique.

MARCHE DE L'EMPLOI

Ces données sont issues des services provinciaux de l'emploi (SEF/PS, CAP EMPLOI/PN, EPEFIP/PIL). Ces services ont pour but de faciliter le lien entre les demandeurs d'emploi et les entreprises offrant des emplois. Ces données proviennent donc des offres et demandes déposées aux services provinciaux et ne constituent donc pas un recensement des offres et demandes d’emploi. L’IDC-NC met à jour les données compilées mensuellement. L’IDC-NC dispose d'un applicatif informatique qui traite mensuellement les données des services placement.Les données présentées concernent les dix codes ROME les plus représentés de votre secteur (selon l’enquête emploi formation de l’IDCNC, dont vous trouverez la méthodologie ci-dessous). Cette source de données croisée avec l'ETUDE PROSPECTIVE EMPLOI FORMATION permet de restituer pour mensuellement chaque secteur la somme des nouvelles demandes, des nouvelles offres et des demandeurs d’emploi en fin de mois des dix codes ROME les plus représentés dans un secteur. Ces données représentent exclusivement les offres et demandes déposées aux services provinciaux de l'emploi et pose de façon récurrente la question de l'exhaustivité. L'Observatoire de l'IDC-NC rappelle que " La mise en application de la Loi du pays n°201-9 du 27 juillet 2010 relative à la protection, à la promotion et au soutien de l'emploi local, impose aux personnes désireuses de bénéficier des dispositions de la loi de s'inscrire comme demandeur d'emploi auprès des services de placement. Elle a également renforcé l'obligation de dépôt des offres auprès des services de placement pour tout employeur privé. Dans les faits, les services de placement n'ont pas noté d'afflux massifs de nouveaux demandeurs d'emplois ou de nouvelles offres. Par contre, certains employeurs seraient désormais plus précis dans leurs critères de recherche, ce qui rend plus difficile la satisfaction des offres. Sur le dépôt obligatoire des offres d'emploi, il est impossible dans l'état actuel des systèmes d'information de quantifier précisement la part qui échappe aux services de placements".

ETUDE PROSPECTIVE EMPLOI-FORMATION

Ces données sont issues de l’étude prospective emploi-formation 2013 de l'IDC-NC, qui interroge les employeurs privés et publics sur leurs effectifs salariés. L’objectif est de mettre à disposition de tous (Institutions, professionnels de l’emploi et de la formation, étudiants, demandeurs d’emploi, partenaires sociaux, …) une base de données capable d’améliorer la compréhension des enjeux de l’emploi et de la formation en Nouvelle-Calédonie. Véritable outil d’aide à la décision, les résultats de cette étude doivent par conséquent permettre d’accompagner le besoin de professionnalisation des salariés et de répondre aux opportunités de recrutement déclarées par les employeurs. Cette enquête est reconduite tous les 2 ans. 3 modes de recueil sont mobilisés : le remplissage auto-administré par email, l'enquête par téléphone et le face à face. Ces modes de recueil sont mis en place à la préférence des entreprises interrogées. Les données brutes de l’enquête emploi formation sont disponibles par code NAF (niveau 5), cependant il a été choisi de les présenter par section INSEE (niveau 1, le plus global) afin de donner un aperçu homogène des caractéristiques des salariés dans chaque secteur. En effet, présenter les données à un niveau plus détaillé aurait mis en évidence des secteurs où la quasi-totalité des entreprises n’emploient pas de salariés, ce qui donnerait des résultats non représentatifs. Il est précisé que seuls les résultats concernant les établissements privés sont présentés ici.  Toutes les entreprises n’ont pas répondu. Pour le secteur privé, sur 5585 entreprises calédoniennes employant au moins un salarié, 2103 ont répondu (ces entreprises représentent presque 19000 salariés). Les taux de réponse à cette enquête varient de 25% à 60% selon la section INSEE (cliquez ici pour en savoir plus sur les sections INSEE) pour un taux de réponse global de 38%.

 

ENTREPRISES ET ETABLISSEMENTS

Les données présentées ici sont issues du fichier RIDET (Répertoire d'Identification des Entreprises et des Etablissements), géré par l’ISEE. Pour plus d’informations sur le fichier RIDET, cliquez ici. L'information est collectée au fur et à mesure des créations et des changements / radiations d’entreprises. Lors d’un dépôt de dossier au RCS afin de créer, radier ou modifier une entreprise ou un établissement, le fichier RIDET est mis à jour. L'information est ensuite disponible mensuellement. Aucun traitement complémentaire n'est apporté aux données extraites de l'ISEE. Il est nécessaire de garder à l’esprit que si les créations d’entreprises et d’établissements sont exhaustives, il se peut que les radiations et les changements subissent quelques délais avant d’être enregistrés dans le fichier RIDET, donnant lieu à une marge d’erreur plus ou moins grande selon le nombre d’entreprises présentes dans le secteur. Les données visibles dans l’onglet « Par entreprise : stock, taille, effectifs » concernent exclusivement les entreprises. . Une entreprise diffère d'un établissement car un établissement est un lieu de production localisé géographiquement, contrairement au siège de l'entreprise, qui peut être juste une "boîte aux lettres". Une entreprise peut disposer de plusieurs établissements. La courbe de croissance du secteur concerne donc seulement les nouvelles entreprises. Par exemple, si une entreprise de bricolage basée à Nouméa ouvre un nouvel établissement dans la province Nord, cela ne comptera pas dans la courbe de croissance des entreprises.

EVOLUTION DE L'EMPLOI

Ces données sont compilées par l’ISEE et correspondent aux salariés déclarés à la CAFAT dans chaque secteur. Ces données sont mise à jour de manière trimestrielle. Dès qu’un employeur déclare un nouveau salarié à la CAFAT, celui-ci est comptabilisé dans le total de son secteur. Ces données sont ensuite transmises à l’ISEE. Les données sont présentées telles qu’elles ont été extraites auprès de l’ISEE et correspondent au mois de décembre de chaque année, excepté 2013 où c’est le mois de septembre qui est considéré. Ces données ne concernent que le secteur privé, par conséquent, elles peuvent ne pas être représentatives sur des secteurs de l’économie comme l’administration publique. Ces données n’incluent pas les patentés non plus.

TOURISME

Ces statistiques se basent sur les fiches remplies par les passagers non-résidents arrivant à l'aéroport de Tontouta (exemple ici). Cette enquête, en place depuis janvier 2001, a été élaborée par l’ISEE dans le but de prolonger la diffusion des statistiques touristiques, suite à la suppression des fiches de la Police Aux Frontières pour les ressortissants des pays de l’Union européenne (Arrêt Ravel du 24 juin 1999), sources des statistiques publiées par l’ISEE jusqu’en 2000. L’ISEE met à jour mensuellement la plupart des données sur le tourisme. Cependant, certaines données comme les motifs de séjour par pays d’origine sont du ressort de l’enquête passagers, mise à jour tous les ans. L'information provient des fiches distribuées aux non résidents lors de l’arrivée à l’aéroport de Tontouta. Les données sont présentées telles qu’elles ont été extraites auprès de l’ISEE. Ces statistiques étant compilées à Tontouta, ces données n'incluent pas les croisiéristes, comptabilisés par le Port Autonome grâce à la fiche de la Police Aux Frontières. Pour plus d’information sur l’enquête passagers, cliquez ici.

TAUX DE CHANGE

Ces données, compilées par l’ISEE, sont une moyenne mensuelle des taux auxquels les banques calédoniennes proposent des devises étrangères contre du franc CFP et du franc CFP contre des devises étrangères. Ces données sont mises à jour mensuellement par l’ISEE. L’ISEE recueille l'information auprès des banques. Les données sont présentées telles qu’elles ont été extraites auprès de l’ISEE. Bien qu'ils soient fortement corrélés avec les taux applicables sur le marché mondial, il se peut parfois qu'il y ait des variations spécifiques au marché calédonien et par conséquent que ces données ne soient pas représentatives des taux auxquels des étrangers ont accès au franc CFP.

TOURISME - DONNEES MONDIALES

Ces données proviennent des offices du tourisme des pays respectifs. Elles ont été compilées par la Banque Mondiale qui les publie sur son site. Ces données ne concernent que les touristes c'est à dire "les non-résidents séjournant moins de 12 mois dans le pays en question pour des motifs autres qu'une activité rémunérée."

COMMERCE

En 1998, la CCI-NC a inauguré son observatoire du commerce et mis en place une collecte régulière d’informations sur l’offre et la demande.

Les données du commerce sur la consommation des ménages sont issues d'une étude menée en 2012 par le cabinet AID OBSERVATOIRE. L'enquête a porté sur l'analyse des achats de 1280 ménages résidant sur le Grand Nouméa et en Province Nord. Toute la méthodologie est détaillée ici. La mise à jour est prévue  tous les 5 ans.

Recensement de l'équipement commercial du Grand Nouméa :

La CCI a initié en 2014 une grande enquête sur l’équipement commercial du Grand Nouméa. Avec pour mission de mettre en lumière le panorama des établissements de ce secteur. Une source essentielle destinée aux entrepreneurs et aux institutions. Un état des lieux qui se veut une référence.

Une base de 2408 établissements : Confiée au bureau d'études Quid Novi, l'enquête s'est déroulée sur trois mois entre juillet et septembre 2014.  La cible a concerné les établissements du Grand Nouméa enregistrés sous la nomenclature NAF 47, qui comprend le commerce de détail, hors automobiles et motocycles. Afin d'élaborer le listing, le bureau d'études s'est appuyé sur le fichier consulaire où sont inscrits les ressortissants de la CCI, le fichier Ridet de l'ISEE et le fichier de Nouméa Centre Ville.

Seules les données générales sont publiées sur le site Internet www.nc-eco.nc Rubrique Focus sur : Commerce

Des données plus spécifiques concernant un marché ou un produit sont disponibles sur demande auprès de l’observatoire économique (nc-eco@cci.nc).

 

 

ENVIRONNEMENT : LES DECHETS

Dans une démarche de transparence, la CCI de Nouvelle-Calédonie, en partenariat avec le réseau CCI de Métropole, réalise des enquêtes afin d’estimer le tonnage de déchets, réparti par type de déchets et par secteur d’activité des entreprises calédoniennes. De nouvelles enquêtes sont conduites tous les mois. Les données présentées ici sont issues de l'enquête déchets de la CCI qui se rend sur le terrain afin d'estimer la quantité de déchets produite par les entreprises. Cette quantité est ramenée à un nombre de tonnes par salarié et par an et est extrapolée pour prendre en compte les entreprises qui n'ont pas été interrogées. Les ratios sont effectués par secteur et par tranche d'effectif salarié.

En 2013, le périmètre de l'étude s'enrichit en intégrant les ressortissants de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat (CMA). La CCI de Nouvelle-Calédonie répartit les secteurs d’activité de manière globale sous forme de sections INSEE. Cependant, elle considère l’industrie à un niveau plus détaillé car le type et le tonnage de déchets émis varient de manière importante selon le secteur de l’industrie retenu. Il a cependant été choisi de diffuser les données au niveau le plus global : les sections INSEE. Ce choix a été fait pour avoir une base de comparaison. Les données détaillées de l’industrie sont cependant également disponibles.

 

INDUSTRIE : PRODUCTION LOCALE

Afin d’améliorer la connaissance du tissu industriel calédonien, la Chambre de commerce et d’industrie de Nouvelle-Calédonie, soutenue par le MEDEF-NC, la FINC et la CGPME a lancé en février 2014 un recensement des produits fabriqués localement. Cette enquête auprès de plus de 400 entreprises calédoniennes s’est achevée fin 2014.

La CCI-NC a donc confié à la société d’études Quidnovi ce recensement.
De février à août 2014, 428 entreprises de transformation sur tout le territoire ont ainsi été interrogées.
Les données recueillies, rendues anonymes, ont fait l’objet d’un traitement statistique et les résultats obtenus constituent d’ores et déjà un outil d’aide à la décision pour le développement du secteur industrie. Cette étude  arrive à point nommé après la Conférence économique et sociale. Les données objectives apporteront des éclairages sur la pertinence de la mise en place de nouvelles filières par exemple.

Cette démarche envers les industries calédoniennes est un premier pas dans la création d’un observatoire de l’industrie, qui sera suivi par de nouvelles enquêtes afin de compléter et affiner ces premières données.
 

La méthodologie :  Un recueil en 2 phases

En phase 1 : qualifier

  • Les entreprises qui font réellement partie du tissu industriel
  • Les personnes ressources de ces entreprises
  • Les familles de produits et les unités associées

En phase 2 : quantifier et approfondir

  •  Les volumes produits et les chiffres d’affaires associés aux différentes familles
  •  Les paramètres liés au négoce, à l’exportation et aux protections de marchés

Cette approche en deux temps permettait également un meilleur contrôle des réponses et de leur cohérence

 

Le point de terrain

Débutée en février 2014  elle s’est achevée en juin 2014..

Taux de complétude :

428 entreprises interrogées / 392 ont répondu

Taux de complétude pour la phase 1 : 92 %

Taux de complétude pour la phase 2 : 60 %

 

Retrouver les résultats de cette enquête dans la rubrique Focus sur : Industries